hypertension artérielle

L'hypertension artérielle est une pathologie cardiovasculaire définie par une pression artérielle trop élevée

1

Hypertension artérielle: définition

Un individu est dit « hypertendu » si ses valeurs de pression artérielle au repos sont comprises entre 140mm (pression systolique) et 90mm de mercure (pression diastolique).

L’hypertension artérielle n’est pas une maladie en soi. Mais elle est à l’origine de maladies cardiovasculaires qui peuvent être graves : AVC, infarctus du myocarde, démence… C’est pourquoi, il est important chez les pré-hypertendus d’adopter des règles hygiéno-diététiques permettant de réduire cette pression artérielle.
Des traitements médicamenteux permettent de réduire cette pression artérielle et de vivre normalement

pression artérielle trop élevée
2

définition de l’hypertension artérielle

La pression artérielle doit être mesurée en position assise ou allongée, après 5 à 10 minutes de repos. Le médecin mesure deux nombres :

  • celui de la pression artérielle systolique ou PAS qui reflète la pression lors de la contraction du ventricule gauche , ainsi que les résistances vasculaires périphériques ;
  • la pression artérielle diastolique ou PAD ;
  • une pression artérielle moyenne se calcule à partir des deux premiers.

Pour parler d’hypertension artérielle (HTA), la mesure doit être confirmée lors de trois consultations médicales sur une période de 3 à 6 mois, sauf en cas d’HTA sévère où l’on considère que deux consultations rapprochées suffisent.

Les mesures s’expriment en centimètre ou en millimètre de mercure (Hg). La tension artérielle est considérée comme précédant une hypertension artérielle pour des valeurs de la pression artérielle systolique comprises entre 120 et 139 mmHg et/ou de la pression artérielle diastolique comprises entre 80 et 89 mmgh.

  • Si des valeurs augmentées ne sont retrouvées qu’occasionnellement, on parle alors d’HTA labile qui ne nécessite alors qu’une simple surveillance, éventuellement accompagnée de mesures hygiéno-diététiques.
  • On parle d’effet de la « blouse blanche » si la tension est élevée au cabinet du médecin et normale dans la vie de tous les jours. Cette augmentation de la pression est secondaire au stress de la consultation et n’est pas anormale. Cet effet concernerait près d’un quart des patients diagnostiqués comme hypertendus.
  • Au contraire, on parle d’HTA masquée lorsque les chiffres tensionnels sont normaux au cabinet du médecin et qu’ils sont élevés autrement.
3

Hypertension artérielle

Cette définition de l’hypertension artérielle repose en fait sur l’acceptabilité d’un risque plutôt que sur la normalité d’une valeur.

L’hypertension artérielle n’est donc pas une maladie mais représente un facteur de risque qui, s’il est traité, permet d’éviter, dans une certaine mesure, des complications.

Le risque augmente avec l’élévation de la tension artérielle et il est souhaitable d’avoir des chiffres tensonniels le plus bas possible.

OMS

Cependant, l’OMS a fixé des seuils, en tenant compte à la fois des risques tensionnels et des inconvénients liés aux traitements. La dernière révision définissant les seuils ci-dessous a été effectuée en 1999 par un groupe de travail réuni sous l’égide de l OMS : ces conclusions ont été critiquées en raison des conflits d ‘intérêt avec des firmes commercialisant des anti-hypertenseurs.

HTA stade 2.

Une tension est donc considérée comme normale :

  • si la pression artérielle systolique est inférieure à 140 millimètres de mercure (Hg),
  • et si la pression artérielle diastolique est inférieure à 90 millimètres de Hg.
Chiffres limites des différents niveaux d’hypertension
Pression systoliquePression diastolique
HTA sévère> 180 mmHg> 110 mmHg
HTA stade 2> 160 mmHg> 100 mmHg
HTA stade 1> 140 et ≤ 159 mmHg> 90 et ≤ 99 mmHg
pré HTA1> 120 et ≤ 139 mmHg> 80 et ≤ 89 mmHg

Des niveaux de tension plus bas pourraient être théoriquement visés afin de diminuer encore plus le risque de complication. L’intérêt n’en a pas été démontré, sauf dans certains groupes ayant d’autres facteurs cardio vasculaires. Il faut distinguer les critères statistiques purement descriptifs des seuils utiles d’intervention, seuils à partir desquels il y a un intérêt pour les patients d’instaurer un traitement.

Ainsi en se fondant sur les résultats d’essais cliniques de bonne qualité méthodologique, il y a indication de traiter l’hypertension artérielle pour des valeurs supérieures à 160/95 

Ci dessous des informations importantes d un médecin….